x BRNS

BRNS

BRNS

Louis Records / BE / Bruxelles

 

Doux jésus, laissons l’expression cathédrales pop aux hipsters barbus! Après le succès de Patine bousculant les étiquettes post-machin-chose, les Bruxellois gagnent en assurance. Plus fun, plus éclaté, l’EP et l’album ont été composés dans un esprit nineties. Sous la houlette de Tommy Desmedt (Girls in Hawaii, Robbing Millions), le groupe a pris le temps de se poser. Multipliant les synthés beau bizarre, la ligne directrice demeure : une forme de collage pop instinctif dont le groupe ne s’est jamais caché, où les mélodies bourgeonnent sur des structures un peu cassées (Forest, So Close). Avec un bouquet de morceaux plus directs (Home, Pious Platitudes), moins concept, peut-être moins dark aussi, BRNS étend encore ses ramifications.

 

BRNS n’est pas un groupe d’enfants de choeur, ou alors du genre à retourner la sacristie à la recherche de trucs un peu louches (The Rumor, qui ouvre l’album, donne le ton). D’ailleurs l’album ne sent pas l’eau bénite. Mexico, Mexi Qui? Mexi Jacquie et Michel !

 

Après le succès de Patine bousculant les étiquettes post-machin-chose, les Bruxellois gagnent en assurance. Plus fun, plus éclaté, l’album a été composé dans un esprit nineties, années de l’éveil musical : – “On est de 86/87, on avait douze ans en 98, on a tous grandi avec ces trucs-là : les Flaming Lips, Nirvana, Offspring dans le walkman”.