MARBLE ARCH

MARBLE ARCH

 

FR – Pop

 

Les plus attentifs n’ont pas oublié le nom de MARBLE ARCH parmi les dix artistes hexagonaux de la série photographique Saint Laurent Paris Sessions réalisée en 2015 par Hedi Slimane, le couturier mélomane. À l’époque, entre La Femme et Melody’s Echo Chamber, Yann Le Razavet n’était pas le visage plus connu, mais l’homme caché derrière Marble Arch était déjà un brillant espoir du vivier pop français.

Si le premier album, « The Bloom Of Division » (2014), avait marqué les esprits, il était, pour son créateur, avant tout un exercice de “bedroom pop”, réalisé depuis sa Bretagne natale. Puis Marble Arch a longuement mûri son second album, connaissant moins les affres artistiques que les contingences économiques – d’où le titre de « Children Of The Slump » (littéralement Enfants de la crise). Pendant sa création, Yann a réfléchi à la couleur musicale et aux options sonores de son nouveau disque, ne souhaitant être catalogué ni shoegaze, ni dream pop.

À son endroit, on parlera plutôt de pop réverbérée ou saturée, tantôt nostalgique, tantôt synthétique, ou encore de pop contemplative.

Si on esquissait quelques cousinages avec le répertoire à la fois entêtant et vaporeux de Marble Arch, on penserait à The Radio Dept., Slowdive, The Wake et Deerhunter, pour leur manière commune de convoquer des guitares ombrageuses avec des mélodies pop. Première référence du label Géographie, « Children Of The Slump » est d’ores et déjà l’un des albums les plus attendus du premier trimestre 2019. Ici et ailleurs.